L'art de l'astrologie intuitive

astr

L’idée ma prise hier de faire un petit tour dans la bibliothèque Emaus, on y trouve parfois des livres étonnants. Dans les nouveautés qui n’étaient pas encore placé dans les étagères, je vois un petit livre « Petites histoires médicales » du docteur A.Ratie édité en 1974, il y aura 43 ans, dans la collection de la Pensée Universelle. Des petites histoires mettant en scène des situations singulières et surtout insolites que l’on ne retrouvera certainement pas aujourd’hui. Tout simplement depuis la médecine a été complètement transformée dans toutes ses branches par les progrès techniques et thérapeutiques et pourquoi pas l’enjeu commercial de la médecine…

Je vous partage un extrait du livre et pas n’importe lequel, celui intitulé « Astrologie » :

Le Docteur H… était très versé dans les sciences occultes et conjecturales, surtout dans l’alchimie et l’astrologie. Il m’avait soumis pour quelques malades, dont il ne connait rien, sinon le lieu et la date de naissance, des conclusions médicales assez étonnantes. A titre d’expérience, je lui demandai un jour d’étudier les probabilités astrologiques de deux jumeaux, parfaitement inconnus de lui et qui étaient nés avec un décalage horaire de trente minutes environ.

On sait que l’astrologie traditionnelle n’implique nullement un fatalisme : mais une « probabilité », une inclinaison plus ou moins forte en présence desquelles l’homme conserve une liberté plus ou moins grande. De même que, sur un plan incliné, il garde la possibilité de monter ou de descendre, la descente ou l’ascension étant facilitées ou contrariées selon l’angle d’inclinaison du plan.

L’horoscope des deux jumeaux concluait à une forte propension à présenter des crises d’épilepsie généralisées, ce qui était exact pour chacun d’eux depuis leur naissance jusqu’à leur âge présent qui était de dix-sept ans. En outre l’horoscope soulignait pour l’aîné une conjoncture astrale particulièrement sombre, sinon fatale, qui devait correspondre au 12 février de sa vingt-deuxième année et qui suggérait la nécessité d’une surveillance particulière à prévoir pour cette époque.

Quant au plus jeune, l’horoscope prévoyait aussi pour la même date une configuration de santé nettement mauvaise. Mais le décalage de l’heure, par rapport à son aîné correspondait à un changement planétaire moins significatif et moins grave, l’heure franchement critique ayant été légèrement dépassée.

Je rangeai les horoscopes dans un tiroir. Le Docteur H… d’origine israélite fut obligé en 1942 pour les tristes raisons que l’on sait, de s’enfuir clandestinement pour se réfugier en Suisse. Les années passèrent.

Une heure du matin. Une fois de plus, l’atroce téléphone déchire mon sommeil. Il neige dense. Le démarreur rechigne et renâcle, et se décide enfin. Les chemins sont ensevelis. Le brouillard fait un écran blanc devant les phares. Je finis par arriver. Les deux jumeaux sont couchés. Ils ont de la fièvre et ils toussent depuis quelques jours. Mais l’état de l’aîné vient de s’aggraver brutalement.

Il est bleu des lèvres et des ongles, il halète et il asphyxie. Les signes d’auscultation son diffus. Bronchite capillaire, broncho-pneumonie suraiguë ? Grippe hyper-toxique avec œdème pulmonaire ? Ou peut-être granulie suffocante, telle qu’on en voyait encore ? Je ne saurai pas. Car j’arrivai pratiquement pour l’agonie. Il mourut peu après dans mes bras. Son frère cadet, par contre s’en tira avec une bronchite.

Je rentrai fourbu. Impossible de redormir. Un jour blafard commençait à poindre. Je m’affalai dans le fauteuil. Je me ressouvins alors de l’horoscope qu’avait établit le Docteur H… cinq and auparavant. Je fouillai mes tiroirs et je parvins à l’exhumer. Je regardai le calendrier. Ils venaient bien d’entrer dans leur vingt-deuxième année. Et c’était bien le 12 février.

Depuis l’antique Chaldée, l’astrologie est la plus vieille des sciences conjecturales. Elle n’a cessé de soulever des controverses passionnées. De grands esprits y ont adhéré de tous temps. D’autres, au nom de la science moderne, l’on taxée d’utopie, d’illuminisme, d’obscurantisme et de superstition. Mais l’esprit scientifique consiste-t-il à rayer d’un trait de plume des siècles d’observations ? Claude Bernard qui n’était pas suspect de superstition, soulignait que ce sont les faits qui commandent la théorie et non pas l’inverse…

Hélàs !, l’Astrologie a été galvaudée, dévaluée, trahie, déformée, vulgarisée, abaisée, et… commercialisée. Les journaux eux-mêmes proposent chaque jour des rubriques ridicules, sur lesquelles lecteurs et lectrices impatients se précipitent pour connaître les jours favorables à leur santé, à leurs affaires, ou à leur amours… L’Astrologie n’est pas responsable de cette chute et de cette dégradation.

L’influence astrale reste un mystère. Elle ne doit pas être imaginée puérilement comme la réception de sortes d’influx, comparables à des « projections » qui viendraient des astres : le fond des choses nous échappe. Mais on peut suggérer une analogie.

On Sait que l’homme reste toujours, plus ou moins tributaire de son hérédité, de ses chromosome, de ses antécédents, de son enfance, de son milieu, des multiples conditionnements qu’il a subi, souvent à son insu. On sait aussi par ailleurs que, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, de « l’atome à l’étoile », l’univers tout entier est soumis à des lois inéluctables, auxquelles rien n’échappe. Le hasard est une apparence due à une ignorance : tout est lié dans le cosmos. La gravitation universelle en témoigne.

Dès lors, comment cet événement, littéralement unique, qu’est pour l’homme sa venue à l’existence, resterait-il indépendant, étranger, isolé, coupé et séparé de tout le reste ?

Rappelons que selon le vieil adage « les astres inclinent, mais n’obligent pas ». L’histoire des jumeaux reste très exceptionnelle. Le déterminisme n’est pas le fatalisme, et n’exclut nullement, pour la plupart de nos comportement et de nos actes, une part variable de liberté : ainsi le cosmonaute et l’aviateur peuvent-ils voler « librement » dans l’espace : ils n’en restent pas moins strictement liés par les lois de la gravitation et de la pesanteur.

De la même manière peut-on concevoir l’influence astrale : une disposition plus ou moins grande, une inclination, une pente plus ou moins fortes : étayée sur une expérience millénaire, elle traduit, très incomplètement et approximativement, une modalité de cette loi d’unité et d’interdépendance universelle, à laquelle rien n’échappe entièrement dans le cosmos : pas même la pathologie.

La Cosmopathologie reste à découvrir. […]

Dans le même registre je vous livre le titre des autres petites histoires : Le cœur et la mouche, le médecin-chef, la métastase, le bon accoucheur, similia similibus, petites pilules « pour le foie », le (faux) miracle, le talisman, on ne sait jamais, le patron, la triple faute, le voyage de l’aiguille, sœur joséphine, radiesthésie, le cœur battant, l’empoisonneuse, la douleur, la douleur mélancolique, la terre nourricière, l’anasarque, l’ulcère immoral, la tentation, émotivité, le régime, le subterjuge, la vérité, la saladothérapie, mercurius cyanatus, le magnétisme, l’estomac « remonté », la gafle, télépathie, émotion et hypophyse, la mort réflexe, le secret, la croisade de l’index, le miracle, ne jugez pas, la sainteté.

Je me dis que j’ai fais le bon choix de prendre ce petit livre sortant des lectures officielles sur la médecine et en plus écrit par un médecin. Ne cherchez pas à l’acheter sur internet, ce sont des voleurs de rêves les vendeurs. Je viens d’en voir un sur PriceMinister à 17.50, je l’ai eu à Emaus pour 0°50€. Si le titre d’une petite histoire vous intrigue, faites-moi signe et si vous êtes plusieurs à postuler et que je la trouve intéressante, je pourrais peut-être vous la publier ?

Si vous avez aimés l’extrait de ce livre, il ne vous reste plus qu’à commenter ?

Ça manque les médecins ayant une conscience comme l’auteur de ce petit livre, merci la chance de m’avoir permise d’avoir été là au bon moment …

©Lunesoleil

(merci de communiquer lors de vos partages la source de mon blog)

Publicités

Commentaires sur: "Petites #histoires #médicales « #astrologie »" (4)

  1. Emplissons nos cœurs du feu de l’Amour créatif,
    Et nous nous métamorphoserons en Êtres de lumière;
    Ayons l’Esprit de comprendre, et d’aimer ce qui est bien,
    Et nous renouvellerons la face de notre planète EAU!

    • Bonjour Rémi
      Bienvenu dans mon espace astrologique, j’ai fait une petite modification pour le lien de votre blog que j’ai mis dans son emplacement initiale et je suis allée voir, bravo pour l’originalité
      Très belle journée

  2. C’est extrêmement intéressant. Merci beaucoup. Mais une fois les mots écrits, comment détourner le cours des choses ?
    Par ailleurs, j’ai lu hier dans mon  » horoscope  » que les Sagittaire sont, avec les  » Taureau  » les plus résistants. Pourquoi pas ?
    Amicalement – france

    • Les horoscopes ce n’est pas fiable du tout, vous y croyez encore ???
      Il faut juger de l’ascendant + Soleil + Lune c’est la structure de la personnalité
      Il y a encore la dominante et plein de chose qui font que nous sommes des individus unique 🙃
      Le Taureau dans son essence psychologique est de l’élément Terre
      Le Sagittaire dans son essence psychologique est de l’élément Feu
      Chaque signe contient un point fort et un point faible et là encore on fait uniquement référence au Soleil, dans quel Décan? , il y en a 3, les aspects que reçoit le Soleil?, quel tranuit avec quelle planète ? , et les progression, la révolution solaire … ect n’importe quoi les horoscopes …. ☻☹

Merci de votre participation

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :