L'art de l'astrologie intuitive

Foule - MusiqueQui n’a jamais entendu parler du roman « le meilleur des mondes d’Aldous Huxley ?, né le 26 juillet 1894, (sous un dernier quartier de Lune). La fin du 19ème siècle à vu la naissance d’illustres hommes ayant développé une conscience du monde en avance sur leur temps. Aldous Huxley est un écrivain britannique se posant en observateur et critique du monde dans lequel il évoluait au 19ème siècle, à vrai dire rien n’a changé depuis un siècle. Le monde est toujours autant confronté à des problèmes récurrents qui s’entassent les uns sur les autres jusqu’au moment la pile des dossiers s’écroule par le poids des problèmes n’ayant trouvé aucune solution pour vivre au mieux. En fait, c’est tout le contraire qui se produit, malgré les efforts supposés pour améliorer  les conditions de vie des humains et ne parlons pas de l’exploitation des animaux, de la mal bouffe, des apparences trompeuses sur le bon usage des médicaments  … il y aurait tellement  de chose a dire de faire et ne pas faire, il est temps que chacun  prennent ces responsabilités …

Un extrait du livre que j’ai trouvé dans la bibliothèque de mon ami et que je trouve de circonstance avec Cérès la déesse de l’agriculture en phase rétro et en conjonction exact au Nœud nord et le scandale « Lactilis »

p.40/41 L’un des étudiants leva la main et bien qu’il compris fort bien pourquoi l’on ne pouvait pas tolérer que les gens de caste inférieure gaspillassent le temps de la communauté avec des livres, et qu’il y avait toujours le danger qu’il lussent quelque chose qui fit indésirablement « déconditionner » un de leur réflexes, cependant … en somme, il ne concevait pas ce qui avait trait aux fleurs. Pourquoi se donner la peine de rendre psychologiquement impossible aux Deltas l’amour des fleurs ? […] Si l’un faisais en sorte que les enfants se missent à hurler à la vue d’une rose, c’était pour des raisons de haute politique économique. Il n’y a pas si longtemps (voilà un siècle environ), on avait conditionné les Gammas, les Deltas, voir les Epsilons, à aimer les fleurs – les fleurs en particulier et la nature sauvage en général. Le but visé, c’était de faire naitre en eux le désir d’aller à la campagne chaque fois que l’occasion s’en présentait et de les obliger ainsi à consommer du transport.

  • Et ne consommaient-ils pas de transport ? demanda l’étudiant
  • Si, et même en assez grande quantité, répondit le D. I. C, mais rien de plus.

Les primevères et les paysages, fit-il observer, ont un défaut grave : ils sont gratuits. L’amour de la nature ne fournit de travail à null usine. On décida d’abolir l’amour de la nature, du moins parmi les basses classes, d’abolir l’amour de la nature, mais non point la tendance à consommer du transport. Car il est essentiel, bien entendu, qu’on continuât à aller à la campagne, même si l’on avait cela en horreur. Le problème consistait à trouver à la consommation du transport une raison économiquement mieux fondée qu’une simple affection pour les primevères et les paysages. Elle fût dûment découverte. – Nous conditionnons les masses à détester la campagne, dit le directeur pour conclure, mais simultanément nous les conditionnons à raffoler de tous les sports en plein air. En même temps, nous faisons le nécessaire pour que tous les sports de plein air entraînent l’emploi d’appareils compliqués. De sorte qu’on consomme des articles manufacturés, aussi bien du transport. D’où ces secousses électriques. […]

Aphadolie

Aldous Huxley

Aldous Huxley (1894 – 1963)

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. II suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes.

 

L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu…

View original post 276 mots de plus

Merci de votre participation

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :