L'art de l'astrologie intuitive

20180821_165117

La divulgation ! La connaissance était réservé autrefois à une minorité et le pourquoi de l’expression de : jeter des perles aux pourceaux a été autant dévoyé pour des raisons souvent détournées.
Une réflexion remettant sur le droit chemin cette notion de karma que l’on peut percevoir comme une bête noire sortie de je ne sais où.
On peut entendre souvent ou même lire, c’est son (Karma), qui en astrologie est étudié par la maison 12, les planètes rétrogrades, l’axe des noeuds lunaires et d’une certaine façon de Saturne étant le seigneur du karma dans l’astrologie traditionnelle.
Il est vrai , que de vouloir trop tenter son karma demande d’en supporter les conséquences , car les effets sont indissociable de la cause.
« Toute Cause a son Effet ; tout Effet à sa Cause … »
Lire à ce sujet le Kybalion, pour les sept principes hermétiques de l’enseignement d’Hermès Trismégiste ou encore pour faire simple les quatre accords toltèques de Miguel Ruiz
■ Que votre parole soit impeccable
■ Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle
■ Ne faites pas de suppositions
■ Faites toujours de votre mieux
Et autres formules magiques qui vont nous rappeler combien l’homme est petit face aux lois immuables …

yeux ouverts

Discerner certes, mais pas disjoindre. Ce qu’il faut, c’est juste savoir reconnaître, que l’individu ne peut pas toujours comprendre la leçon pour en obtenir le bénéfice tout de suite. Souvent il en trouvera une utilité plus tard quand il en aura un meilleur usage. La chose est stockée dans sa mémoire, et lorsqu’il meurt cette mémoire persiste.

Le karma est donc une affaire d’enseignement et de mémoire qui agit à court ou à long terme selon l’utilité. Et ainsi, de vie en vie, les gens perpétuent où résolvent leurs problèmes. C’est pourquoi il faut aussi comprendre que le travail de l’initié doit être une réalité incontournable pour l’accomplissement de l’œuvre. Toute création suppose une évolution de la forme antérieure. Notre expérience antérieure, la plus douloureuse fût-elle, nous indique qu’il y a une perpétuelle succession de vécus, et que par là je change, et que je change toujours ; aussi, quand…

Voir l’article original 316 mots de plus

Merci de votre participation

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :