L'art de l'astrologie intuitive

volguine

Je vous partage l’extrait d’un livre de l’astrologue « Alexandre Volguine » que l’on peut retrouver en ligne sur le site Cura « Centre Universitaire de recherche en astrologie » l’auteur Alexandre Volguine né le 3 mars 1903 à Novaya Praga en Ukraine avec un Soleil en Poissons et une Lune en Bélier, formant un semi-carré croissant  et une conjonction croissante de Mercure et Saturne sur l’ascendant Verseau. Ce qui est surprenant au moment où je publie cet article, dans le ciel progressé d’Alexandre Volguine, on retrouve le semi-carré croissant avec le Soleil et la Lune progressé, comme quoi , le hasard n’existe pas .

Volguine (comme souvent il est nommé) a fondé les cahiers astrologiques en 1938 et publié jusqu’en 1983. Naissance sous un trigone croissant de la Lune et Uranus, Volguine nous quitte  au moment du Solstice d’été le 23 juin 1976, la Lune progressé en conjonction Uranus rétro en progressé (dans le natal Uranus est en conjonction la Part de Fortune et apportant des chances de réalisation dans l’art d’Uranie.

Volguine est l’auteur en autre

  • 1933 : Les Astres parlent
  • 1937 : Techniques des révolutions solaires
  • 1940 : Soyez vous-même votre astrologue
  • 1946 : L’Astrologie chez les Mayas et les Aztèques
  • 1953 : L’interprétation astrologique des rêves
  • 1953 : L’Esotérisme de l’astrologie
  • 1957 : Journal d’un Astrologue
  • 1960 : La Symbolique de l’Aigle
  • 1977 : Vade-mecum des aspects astrologiques
  • 1980 : Le maitre de la Nativité
  • 1986 : Astrologie Lunaire

Dans son Journal d’un astrologue (1957), Volguine affirma : « Si l’on me demandait quelle est ma religion, je répondrais : l’astrologie. »

Extrait du Chapitre 3 : Les formes zodiacales

Tout le symbolisme zodiacal, aussi vaste que celui des planètes, provient de ces images intérieures qui peuvent être résumées ainsi :

  • Le Bélier se présente comme des éclairs qui se croisent ou comme les jambes de la chamelle aveugle en course (représentation extrême-orientale). Ces éclairs forment le tourbillon d’où sortira la modulation du son sacré, l’Omkara, qui appartient au signe suivant.
  • Le Taureau apparaît comme une grosse motte de terre ou d’argile. Dans le symbolisme hindou et bouddhiste, cette motte d’argile est façonnée par le potier, – énergie divine qui ordonne les éléments grossiers.
  • Les Gémeaux se voient comme une mandragore ou un singe qui s’agite, autrement dit comme l’aspiration des règnes végétal et animal à la condition humaine, ou comme la force qui pousse l’inférieur vers le supérieur.
  • Le Cancer donne une forme arrondie comme un bateau ou une arche qui flotte immobile sur les eaux. Nettement séparé et différencié de l’ambiance environnante, ce navire symbolique apparaît comme principe de la limitation et du repliement sur soi.
  • Le Lion donne une sorte d’éclatement lumineux centrifuge ou du feu d’artifice. Les Orientaux le voient sous la forme d’un masque qu’un acteur porte pour représenter un personnage au-dessus de lui , ou encore quelquefois sous l’aspect d’une maison vide (c’est-à-dire qui, d’apparence, ne contient pas ce qu’elle doit contenir) .
  • La Vierge exprime presqu’exclusivement l’idée de semence et de fécondation. Elle apparaît, de ce fait, comme un laboureur avec une charrue, comme une femme qui balaie ou, encore, comme un couple enlacé (c’est-à-dire l’homme fécondant la femme).
  • La Balance souligne l’acuité des sensations par l’image de la flèche frappant l’œil ou du javelot planté dans le dos. Toutes ces images peu connues en Occident sont familières à chaque astrologue oriental, car elles appartiennent à la roue de la vie, symbole le plus répandu de toutes les images religieuses de l’Asie, dont nous parlerons plus loin dans un chapitre consacré à l’Astrologie bouddhiste.
  • Le Scorpion se présente comme un antre d’où partent les flèches du désir et de la passion. C’est uniquement comme l’emblème de la concupiscence que les Orientaux le voient soit comme une femme offrant un fruit (image tout à fait semblable à la tentation d’Adam par Eve de l’iconographie populaire de l’Europe), soit comme un ivrogne ou un joueur.
  • Le Sagittaire produit une image assez semblable à celle des Gémeaux en mouvement perpétuel, mais ce mouvement est moins désordonné, plus large et plus libre que l’agitation du signe opposé. L’Orient le représente par un homme cueillant des fruits ou moissonnant le riz.
  • Le Capricorne donne une forme moins arrondie et plus droite que celle du Cancer : alors que cette dernière est en largeur (ce qui donne justement l’idée d’un bateau ou d’une arche), la forme du Capricorne est en hauteur, mais elle est aussi différente du milieu qui l’entoure que celle du Cancer. Si, dans l’ordre temporel, cette dernière se rattache au passé, l’image créée dans le subconscient par le Capricorne se projette dans l’avenir. C’est pourquoi ce signe est, avant tout, pour les Orientaux le symbole du devenir : le couple enlacé ou, plus souvent, la femme enceinte aux seins démesurément gonflés de lait, qu’ils voient dans le Capricorne, exprime l’idée de l’être qu’on engendre ou qui bientôt va venir au monde.
  • Cette naissance correspond au Verseau qui apparaît comme un accouchement ou, plutôt comme une déchirure irrégulière permettant l’apparition du nouveau-né. Dans la roue de la vie c’est l’image d’un être (pas toujours un être humain, souvent un monstre ou un dieu) qui porte l’enfant à sa mère.
  • Les Poissons se présentent comme quelque chose de mou et de plastique qui semble être sur le point de se dissoudre dans l’ambiance environnante. Les Orientaux les voient généralement comme un cadavre sur une civière que l’on conduit au bûcher afin de rendre ses parties constituantes à la matière d’où elles sont tirées.

Ce qu’il faut surtout retenir de cette série des perceptions intérieures des signes zodiacaux, c’est leur caractère intellectuel,  » abstrait  » et  » objectif  » qui diffère nettement du caractère  » subjectif  » et  » sentimental  » des formes planétaires. Comme nous le verrons plus loin, cette différence entre les signes et les planètes a des conséquences incalculables.

Pour lire l’intégralité du livre  cliquez sur le Lien  ICI ,

Bonne lecture et pour les retours en commentaires ?

DES DEGRÉS MONOMÈRES

 

Merci de votre participation

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :