L'art de l'astrologie intuitive

Un astrologue qui incarne « l’astrologie humaniste » par sa continuité de l’enseignement de son maitre Dane Rudhyar qui l’inspira dans sa pratique astrologique et son intention de dépoussiérer l’héritage du passé de l’astrologie de ces carcans que l’on retrouve encore dans les livres d’astrologie.

Même si aujourd’hui la conscience de « l’astrologie » à évoluée, il en reste pas moins, qu’il y a encore du travail a réaliser chez les apprentis astrologues, pour sortir de la superstition engendrés par des interprétations douteuses.

Je cite : « Mais il faut bien dire que ma première impression n’a pas été favorable je n’ai trouvé nulle part une discussion des principes de base — seulement un amas de points de vue contradictoires, de systèmes et de maîtres à penser irréconciliables. Jamais une explication du «pourquoi», seulement une profusion de «techniques» variées, de significations multiples et incohérentes » AR

Alexander Rupert est né le 23 mai 1913 et décédé le 23 janvier 1998 au moment du retour Uranus, cycle de 84 ans, son attrait pour l’astrologie humaniste se retrouve par l’encadrement de son MC par Neptune et la conjonction de la Lune et Jupiter et l’on peut remarquer que la prochaine destination de la Lune progressé est prévue en conjonction Jupiter progressé pour novembre 2021 à 8° du Capricorne, dans le natal Jupiter en phase rétro est à 17° dans ce signe.

C’est le 27 juin 1984, en France, Alexander Ruperti  fonda le « réseau d’astrologie humaniste » RAH , sous une « Nouvelle lune progressé en Lion conjonction Mercure rétro » Dans le bulletin du « RAH » Alexander Ruperti publia de nombreux articles  et des conférences sous forme d’audio qui sont accessibles sur le site à la vente.  

Alexander Ruperti publia de nombreux articles sur le magazine Urania d’Arielle Aumont

  • N°13 février 1993 : les sept cycles de Jupiter
  • N°19 août 1994 : la genèse des aspects astrologiques
  • N°20 novembre 1994 : la genèse des aspects astrologiques (suite et fin)
  • N°22 mai 1995 : l’astrologie et les fonctions jungiennes 
  • N°23 août 1995 : Astrologie et prédiction
  • N°24 novembre 1995 : le zodiaque par rapport à l’espace
  • N°28 novembre 1996 : les multiples visages de la Lune
  • N°30 mai 1997 : l’astrologie karma yoga
  • N°31 août 1997 : Dominante ?
  • N°32 novembre 1997 : l’astrologie et moi
  • N°43 août : Amour

Alexander Ruperti publia de nombreux livres 

  • 1981 : Les cycles du devenir
  • 1984 : La Roue de l’Expérience Individuelle

Co-auteur avec  Marief Cavaignac qui était sa compagne

  • 1984 : Les Multiples Visages de la Lune
  • 1987 : La Géométrie du Ciel – Configurations planétaires : Tome 1
  • 1987 : La Géométrie du Ciel – Dessins Planétaires : Tome 2
  • 1995 : La Symphonie du Ciel – Fonctions planétaires en astrologie humaniste

Alexander Ruperti était également Ostéopathe , il avait l’esprit de la guérison qu’il recherchait de transmettre dans sa pratique de l’astrologie . La manipulation du corps, on le retrouve par la position de Mars et Vénus dans sa maison 3 et dans le Bélier  

Je vous partage un extrait de son article « l’astrologie et moi » : Mon intérêt pour l’astrologie date de 1933 (j’avais 20 ans) et surtout de décembre 1936 quand j’ai lu le premier livre de Dane Rudhyar : « l’astrologie de la personnalité ». Mais je m’étais intéressé avant à l’ésotérisme car mon père était franc-maçon et disciple fervent du Tibétain à travers les livres d’Alice Bailey.

J’ai un comportement religieux – non pas dans le sens socio-culturel de vouer un culte à la religion institutionnalisée en Occident, mais dans le sens de vouloir rechercher la signification et la portée de la vie et de la destinée humaine. Mon mentat s’était formé assez tôt par l’étude comparative des religions et philosophies existantes, non seulement en Occident comme le font les philosophes académiques maus aussi en Orient. La plus forte influence est venue de la théosophie qui était à l’époque une formulation « moderne » des soi-disant vérités […]

En 1933, à la suite d’un « hasard », un ami me proposa la lecture d’un livre astrologique. Je n’avais jamais auparavant prêté attention à l’astrologie. Le livre était un « classique » de l’astrologie anglo saxonne du début du siècle ; c’était « Premiers principes en astrologie » de Charles Carter. Il piqua ma curiosité t je décidai de rencontrer un astrologue professionnel à Londres pour apprendre à monter un thème astrologique et avoir une interprétation du mien. […]

Néanmoins l’astrologie classique ne me satisfaisait pas. Il y avait trop de choses prises comme allant de soi et très, très peu de réponses aux « pourquoi » que mon ascendant Sagittaire posait tout le temps. J’arrivais à la conclusion que l’astrologie classique ne pouvait pas m’aider dans ma recherche du sens de la vie et décidai de lâcher l’astrologie […]

Le thème natal n’est pas un tableau de ce qui nous influence du dehors. La personne humaine n’est pas un objet auquel arrivent de bonnes ou de mauvaises choses, selon des aspects et des planètes bénéfiques ou maléfiques. C’est un SUJET capable d’utiliser son conditionnement humain comme moyen de manifester concrètement cet aspect de la réalité spirituelle qu’il est potentiellement capable de manifester [ …]

Ce qui distingue l’astrologie humaniste de la pratique habituelle – même « psychologique » – c’est l’acceptation du fait que ce rôle spirituel existe. Ce qui prend vie à la naissance, c’est une forme de relation, un champ énergétique avec deux pôles : l’âme et une personnalité humaine-en-herbe. L’astrologie humaniste offre un moyen de comprendre la qualité de cette relation et de savoir comment et quand nous pouvons entreprendre certaines choses pour intégrer toujours plus pleinement les deux pôles. Le thème natal seul ne peut pas indiquer la qualité de cette relation car cela dépend de ce que fait la personnalité-en-herbe pendant sa vie. Mais si l’on accepte ce qui au début est inévitablement une hypothèse alors le thème natal nous montre ce qui est nécessaire dans chaque cas pour réussir une meilleure intégration personnalité-âme […]

En conclusion, on peut remarquer que l’ascendant (Capricorne) visible sur Astrotheme ou Astrodienst , n’est pas le même que l’astrologue lui-même à révélé dans l’article « l’astrologie et moi » où il dit que son ascendant est Sagittaire et son besoin d’espace. Il est certain que dans son essence le Sagittaire est plus dans un esprit de l’humain que le Capricorne plus orienté vers son évolution sociale. J’ai trouvé la source pour la correction ICI

©Lunesoleil

– tous droits réservés, pour le texte   –

Vous appréciez mes articles, merci de me soutenir sur Tipeee ICI 

Les multiples visages de la Lune

Nouvelle Lune sous le Soleil

Cycle de Vénus (Partie 8)

Conjonction inférieure de Vénus au Soleil (Partie 10)  

Une astrologie de la personne, un entretien avec Alexander Ruperti

Alexander Ruperti : Le Symbolisme de l’univers

Alexander Ruperti (1913-1998) (traduction de l’anglais ICI )

La place de l’astrologie dans le monde

Merci de votre participation

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :