L'art de l'astrologie intuitive

Archives d’Auteur

La phase Prométhée et Épiméthée de Mercure

cycle mercure soleil

Tout d’abord qui est « Prométhée » dans la mythologie ?,  qui vient de l’ancien grec  Prométheus et signifie le «  Prévoyant » est un Titan (fils cadet de Japet et de Thémis) (suite…)

22 arcanes du Tarot

la playlist est enfin complète , ça sert à quelque chose la phase rétrograde de Mercure et plus spécialement sa phase stationnaire 🙂

Le jeu de la Lune (première partie)

 

La psychogénéalogie et le Tarot

Astrologie et Tarot : introduction

Le signe des Poissons et le Tarot

Encadrement de la Lune par l’Étoile et le Soleil dans le Tarot

Le mois de Décembre et le Pendu dans le Tarot de Marseille

 

Croyances limitantes ?

Featured Image -- 35759Extrait :
D’autres éléments de réponse nous sont apportés par des personnes qui sont plutôt avancées sur la voie spirituelle. Avez-vous remarquez comment celles-ci ont pris l’habitude de ne jamais réagir spontanément à un événement ? En les observant bien, on se rend compte qu’il y a toujours un laps de temps plus ou moins cours, entre un événement et leur action (et non pas réaction). Cet instant leur permet, semble-t-il, de prendre du recul en se plaçant dans un état de paix profonde, pour laisser émerger en eux la réponse adéquate à la situation. Dans ce sens, l’ésotérisme islamique affirme que « le soufi est le fils de l’instant ». Cet état de repos n’est pas la vacuité mal comprise du « new-age ». Au contraire, « C’est dans le non-agir qu’est la plénitude de l’activité. » comme le dit le Taoïsme.

Les croyances limitantes en astrologie

Les croyances limitantes

Lectures

L'aube naissante

Où l’homme cesse de connaître, il commence à croire.

Friedrich Nietzsche (1844-1900)

Le mot « croyance » vient du latin « credere » qui a pour sens principaux : tenir pour vraie quelque chose, croire, penser, avoir confiance, se fier. D’une manière générale, une croyance est le fait de croire à la vérité d’une affirmation, d’une thèse, d’une doctrine, etc., sans avoir de certitude réelle. Dans le soufisme, une certitude peut être envisagée selon trois degrés qualitatifs, en fonction de sa profondeur et de son intensité. Le premier degré s’appelle « ‘ilm al-yaqîn » que l’on traduit par la science de la certitude. A ce degré, la certitude que vous avez est faible et indirecte, car elle repose entièrement sur la confiance que vous accordez à autrui. Ce niveau de certitude correspond assez bien à la définition de la croyance dans son aspect « positif ». C’est le cas par exemple lorsque votre mère vous a dit un jour :

Voir l’article original 1 632 mots de plus

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :