L'art de l'astrologie intuitive

Espace poétique


coeur

Il y a l’astrologie poétique et la poésie du cœur intérieur

Absence
Tout est absence pour qui le veut bien
Il suffit de ce convaincre du contraire
De se créer un univers magique
S’accaparer d’une activité
Ensuite par cette force de la nature
On devient quelqu’un je vous assure
De passionnant et d’équilibré
Mais avant cette phase électrique
Un dernier essai du type littéraire
Après cette mise en page en guise de fin

*

Un Cadeau
Pourvoir ce libérer du quotidien de la vie
Donnez-moi votre main
A toi l’inconnu de l’oubli
Regarde derrière toi cette peau de chagrin
Si tu veux bien
Prend là dans tes mains
Et elle se transformera
En une peau d’un amour qui te surprendra

*

Un poème écrit en novembre 2002

C’est le ciel qui t’envoie

Et sur Terre quel émoi
Je remercie tous les anges
De cette relation étrange
Reste un peu avec moi
Il suffit d’être toi
Pardonne-moi mon état
En surface es-ce un cas ?

Ouvre ta conscience

Perçois-tu ma présence ?
Je ne fais que passer

Admire l’immensité

Aimer es-ce un crime ?

Ou alors c’est sublime

*

VOULOIR ÊTRE
Je voudrais vivre
Comme ce vent là haut , dans la montagne
Dans l’obscurité il vibre comme un vague à l’âme

Je voudrais aimer
A ne plus pouvoir respirer
Et que ce souffle de vie , me procure l’éternité

Je voudrais pleurer
Toutes les larmes de bonheur
Et en remplir une corbeille de fleurs

Je voudrais écrire
L’histoire du futur
Pour qu’il se réalise au fur et à mesure

*

Une Nuit
Une Nuit

Une Flamme
S’écrase
Sur mon âme
Et la brûle
Toute émue
La libellule
Qui sur le mur
Après l’événement
Si pénétrant
En marchant
Dans le vent
Puis immobile
Sur une brindille
Réfléchit
Il est minuit
Pas un bruit
Et brusquement
Sans attendre
C’est venu si vite
Pourtant c’est la vie
Le Soleil
Se réveil
La flamme s’éteind
Sans voir le matin
Et la libéllule
Elle a disparu
Au petit jour
Pour toujours
( mes débuts dans la poésie je ne compte plus …. )

*

DÉLIRE

J’ai mal dans mon intérieur
Si vous saviez
Ça vous viens de l’extérieur
et s’accapare de vous
sans que vous le sachiez
Donnez-moi rendez-vous
Ça vous prend par surprise
Dites-moi tout
Impuissante contre cet état
Mais d’après -vous ?
Quel serais le remède dans ce cas …?
Dans l’atmosphère de ma nature grise
Un mal qui devient passager
Un mal qui ce doit être étranger
Écris en Novembre 1992

*

Comme un pas de danse
Ce quelque-chose qui vous attire
Sa présence d’un jour , d’une nuit
Il ne suffit que de sa chaleur
Pour renaître comme l’éclosion d’une fleur
Ce quelque-chose qui vous regarde
Sans même le revoir
Il vous séduit comme un livre ouvert
Jusqu’à la toute dernière page
Dans ma mémoire il me reste
Ce quelque chose venu d’ailleurs
Des eaux troubles compartiment fumeurs
Ce soir il devient mon héros
Venu de l’imaginaire photo
C’est mon histoire
Laisser-moi y croire

*

l’absolu

l’amour tu sais
N’existe pas seulement dans les contes de fée
Il est présent partout ou tu vas
Émerveillé
L’amour tu sais
C’est comme la rosée du matin
Chaque goutte porte sa signification
Pareil aux lignes de la main
L’amour tu sais
Tourne sans faire de bruit en spiral
Suivant la puissance de sentiment
horizontal
L’amour tu sais peut devenir silence
Un champ magnétique d’amour
De reconnaissance
L’amour tu sais
C’est toi et moi
A la recherche de l’absolu
Pourquoi

*

L’illusion d’Amour
De toute façon
Plus rien
Ne me retiens
le silence virtuel
Que de monde channel
On oubli le présent
Et recherche désespérément
Je voulais te dire
ma souffrance tactile
Reviens-moi
Encore une fois
Il y a les autres
Signification d’overdose
Il y a l’espérance
Unique et troublante
Tu m’abandonnes
J’ai peur en somme
Il y a l’équilibre
Qui façonne d’argile
Toute ces préoccupations
Résidence sans façon
Il me viens une idée
Ne plus te quitter
Circulation magique
Relation d’énergie
Traduction du temps
Qui s’efface doucement
Une voix dans l’espace
Captive en surface
Illusion éphémère
Perception étrangère
Des mots en souvenirs
D’instants futiles
une valeur d’éternité
conscience d’universalité

*

Réflexion d’instance

Difficulté de l’existence
On voudrait faire pénitence
Quand l’esprit est agité
Sommeil le désir d’exister
On recherche la vérité
C’est ça l’obscurité ..?
Face a la soumission du jour
Lequel passe son tour ..?
Plus rien n’es pareil
Quand la connaissance s’éveille
On voudrait le ciel
Mais il y a la terre
On voudrais aimer
Croire a l’éternité
Tu attends un sourire
Je sais il faut traduire
Quand on donne l’amour
On reçoit un retour
Dans l’expérience humaine
Il y a toujours la colère
En soi à travers l’autre
Silence porte close

*

Entre l’âme et l’Esprit

L’amour qui transporte mon être
Au plus profond ou jailli la lumière
Laisses-moi t’écrire que je t’aime
De cette plume j’ouvre cette fenêtre
Déposer sur tes lèvres
Ce baiser que , j’espère
L’amour rend aveugle
Ca me prend et me sens seule
De toi , je veux j’attends
De ces douceurs d’espérances
Pensée secrète délicatement parfumée
Poser , en toute évidence envolée
Vers toi mon sourire libérateur
Merci de ton amour pacificateur
Un partage fugace d’émotion
Ou règne en maître la passion

*

L’Ode à l’amour

Je vais penser à toi parmi le chant des oiseaux .
Bercer par ta présence qui captive mon imaginaire .
Il me faut percer l’indicible du mystère de ma genèse .
Qui s’en vient pour l’abandonner en vain .
Il n’y a de place pour le chant de l’amour
Gardien du temple de l’insondable vérité .
Je m’approche de la source jadis je m’abreuvais .
Dans le silence du reflet je m’abandonne .
A la puissance de fées qui m’environnent .
Et la conviction que rien n’est pareil que tout se transforme .
Il suffit d’y croire et le rêve devenir réalité .
C’est dans le jaillissement de mes pensées .
Que j’entends au loin cette voix me supplier .
Sans pouvoir la reconnaître , elle m’émerveille .
De sa splendeur en surface originelle .
Comme confronté à des souvenirs d’autrefois .
Elle me captive d’un mystère porteur d’une foi .
Je ne sais comment l’entendre .
Prisonnière des sens dans la tourmente .
Reconnaissance d’un amour de multiple visages .
En proie à des fantômes méconnaissables .
J’avance dans le brouillard incessant .
A pas lent , j’y arriverais surement .
Parvenir à cette ombre de moi-même .
Et révéler la magnificence de ma lumière

*

L’adolescence

Cette métamorphose de ton corps par ce rejet inconscient
Ce miroir de toi qui fait parler à présent
L’évolution de cette tranche d’âge qui est ta vie
Te met face au danger des dénicheurs de sévices
Ne ferme pas les portes fragiles de ton cœur
Au contraire communique nous tes rancœurs
Et si par hasard tu te sentais rejeté
Dans ce monde ou la société néglige le condamné
N’écoute pas la tristesse qui est en toi
Reprend goût à la vie , fais le pour moi
N’écoute pas les autres ceux qui vivent dans l’insolence
Ils t’apportent la destruction avec l’ultime souffrance
Regarde l’oiseau qui s’envole pour un long voyage
Respire cet air pur de la liberté volage
Ne t’avance pas dans le précipice de la mort
De l’autre côté tu le sais ou tu l’ignores
Le mal s’avance avec une distance au plus profond
Défends-toi , bas-toi et reviens nous pour de bon
Et n’oublie jamais il y a quelqu’un auprès de toi
Avoir la foi tu oublieras tous les malheurs d’autrefois
[écris il y a plus de 20ans] Mais toujours d’actualité !

© Lunesoleil

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :