L'art de l'astrologie intuitive

Articles tagués ‘Débutant en astrologie’

Le #Zodiaque Vivant (un exemple avec le Bélier)

zodiaque vivant

C’est mon dernier livre d’astrologie que j’ai acheté au marché aux puces de Saint Ouen « le Zodiaque Vivant «  de Claire  Santagostini. Je voulais ramener un souvenir de mon weekend à Paris et je n’ai pas été déçue. Ce livre à une approche atypique parce que les cartes du ciel ont été sélectionnées par une majorité des planètes dans le signe et pas uniquement le « Soleil » pour représenter le signe en référence. Sur les 12 cas, il y en a deux le Soleil n’est pas représentatif du signe qui est désigné.

En voilà un exemple :

Bernard – le Bélier né le 2 mai1932 – 3h 50 (heure locale)

Bien que n’étant pas né « sous le signe du Bélier (le Soleil est en Taureau), cet enfant est un pur Bélier parce que

  • L’ascendant du thème se lève dans le signe du Bélier, occupé par 4 planètes
  • La présence de Mars à l’ascendant valorise le signe qui est le signe martien : lutte pour la vie – dynamisme – goût de « la bagarre »
  • Uranus, conjoint à Mars en Bélier, accentue ce que le signe a d’audacieux, d’explosif, de rebelle (Uranus est en exaltation dans le Bélier)
  • Mercure en Bélier donne de la valeur d’intelligence avec les tendances intellectuelles Bélier : esprit inventif et pionnier
  • La Lune, au début du signe, accentue le côté impulsif du signe et dominant Pluton (en Cancer) l’empêche de bloquer la valeur Bélier […]

Bernard fut le premier enfant d’un jeune ménage bien uni. Le père employé à la préfecture, gagnait bien sa vie, ce qui permettait à sa jeune femme de rester au foyer.

Dans les premiers mois de son existence, Bernard ne laissa guère dormir sa mère : il criait, prenait des colères, surtout si sa tétée se faisait attendre. Très agité, il gesticulait si bien dans son berceau qu’un jour il en tomba et malheureusement sur la tête. Le choc fut sans suites sérieuses, mais le parrain, qui était astrologue, prévint les parents de veiller à ces chutes, car les « Béliers » tombent facilement sur la tête. On l’attacha donc dans son berceau de façon à éviter une nouvelle chute.

Autre souci au moment de la dentition : il fit alors plusieurs pousées de fièvre et même des éruptions cutanées. Malgré des soins attentifs, on ne put éviter un abcès «  C’est le Bélier », soupira le parrain avec philosophie. Dès qu’on put le mettre dans son « parc », il s’y montra si turbulent qu’un jour il reçu sur la tête le par cet tous les jouets qui s’y trouvaient. Il fallut aussi attacher le parc au meuble de plus voisin.

Quand il sut marcher, l’existence dans l’appartement trop petit devint quasi-impossible : c’étaient des courses folles à travers les deux pièces, sans souci des obstacles sur lesquels il fonçait. Il se cogna aussi plusieurs fois la tête dans les portes et il fallut se résoudre à laisser ouvertes les trois portes intérieures en attendant qu’il fût assez grand pour comprendre que le rôle d’une porte est souvent fermée et qu’il faut y penser.

Un jour, en s’audant d’une chaise et de la table, Bernard réussit à attraper la boite d’allumettes. Il avait vu sa maman s’en servir et brûlait d’en faire autant. La maman le vit, fort heureusement et l’on mit la boite hors de l’atteinte de Bernard. « Quand il sera un peu grand, conseilla le parrain, vous ferez bien de lui faire éprouver la brûlure de la flamme d’une allumette et si un jour il se fait une entaille sans gravité, ce sera heureux car il comprendra ainsi le danger de ces objets. Les « Béliers » ont des impulsions tellement fortes qu’ils ne se rendent pas compte de ce qu’elles comportent de danger. Il faut donc à la fois les surveiller quand ils sont petits et dès qu’ils peuvent comprendre, leur faire sentir à quoi ils s’exposent. »

Un ami de la famille eut la malencontreuse idée d’offrir à Bernard une trompette. Ce fut son jouet préféré, avec les crécelles, sifflets et autres jouets bruyants. Quand il eut quatre ans, les parents n’y tenaient plus. Ils comprenaient bien qu’il leur fallait supporter la nature chaude et dynamique de l’enfant. Ils le comprenaient d’autant mieux que Bernard, lorsqu’on lui interdisait un jeu trop bruyant obéissait, mais ne tardait guère à en inventer un pire. Ils cherchèrent donc à échanger leu petit appartement de Paris contre une villa de banlieue avec jardin. La chance les favorisa : ils trouvèrent. Mais il fallait attendre un an pour réaliser l’échange. Ils réussirent à vivre cette année d’attente sans trp de souffrances pour eux ni pour l’enfant en multipliant les sorties au dehors et en envoyant fréquemment le petit Bernard à un groupe d’enfants où il y avait un grand jardin avec de multiples jeux. Ces jour-là, Bernard s’en donnait à cœur joie et rentrant exténué, ne tardait guère à s’endormir. […]

  • Arrivée de la petite sœur …

La vie familiale devint plus facile quand Bernard put s’ébattre à son aise dans le petit jardin de banlieue. Cependant la maman fut assez contente quand Bernard ayant six ans, elle alla le faire inscrire à l’école […]  « le Bélier est toujours en avant dit le parrain à sa maman et vous verrez de plus en plus tout le parti que vous pouvez tirer de cette disposition, qui n’est pas de l’orgueil, mais une belle confiance en la vie ». La jeune maman, en effet écoutait chaque soir avec plaisir et intérêt tout ce que son petit garçon lui racontait se son école, où tout le pasionnait, l’attirait parceque tout y était nouveau pour lui. L’oreille complaisante de la maman, sa compréhension affectueuse épanouissaient l’enfant qui en vrai Bélier, avait besoin de sentir compris et partagés ses élans, ses joies, ses enthousiasmes  […]

  • Petite bagarre à l’école avec Jacques …

Convaincus de cette nécessité, les parents en parlèrent avec le parrain. « Pourquoi », leur dit celui-ci, ne profiteriez-vous pas de sa tendance à toujours vouloir être « en avant » pour lui faire faire sous forme de jeux, toutes sortes d’exercices de maitrise de soi, en concurrence par exemple avec ses petits cousins qui viennent souvent ici ? En bon Bélier, il se piquera à ce jeu, il voudra être « le premier » là comme ailleurs et il apprendra ainsi à bien tenir en main sa force incomparable mais dangereuse qu’est son instinct de lutte : il luttera contre lui-même au lieu de battre les autres. » {…]

  • Petite exercice pour apprendre la maitrise de soi …

Ainsi, peu a peu apprit-il à maitriser son impulsivité, ses emballement, son comportement naturel et il acquit ce qui manque le plus aux « Bélier » : une puissance d’arrêt, l’habitude de pratiquer « un temps pour rien » avant de prendre une décision qui pourrait être regrettable … et regrettée. […] Il jouait avec passion, surtout aux gendarmes et aux voleur […] « Laissez faire votre Bélier », disait le parrain en riant […] Il aimait beaucoup se déguiser en soldat […] c’est Bernard qui prenait la tête du bataillon.  Mais un jeu surtout lui faisait envie : c’était un « Mécano » qu’il avait vu chez un petit camarade […] Bernard comme tous les « Bélier » arrivait difficilement à maintenir un effort régulier ; L’attrait de la nouveauté disparu, il avait envie d’autre chose […] Le parrain avait beaucoup insisté sur ce point, en signalant aux parents que les trois dangers qui guettent l’enfant du Bélier sont : la soif de nouveautés, le manque de persévérance, le découragement au premier insuccès.  «  Vous ne pouvez pas, leur avait-il dit empêcher cette soif de nouveauté qui est la vie même du Bélier … […]

Un extrait du livre avec les joies et les désirs de Bernard de progresser avec l’aide compréhensif de sa mère qui lui permit de renforcer dans sa forme positive le tempérament de sa nature profondément Bélier, malgré la position du Soleil en Taureau. Il en restait autant a écrire pour terminer ce chapitre consacré au premier signe du zodiaque le Bélier.  Bernard réussit à obtenir pour noël son Mécano. Il y eu la phase de l’adolescence ou Bernard s’était entiché d’un camarade et que le vol de son chronomètre eu mis a mal par la suite leur relation … trop long pour vous raconter la suite …

Vous pouvez vous le procurer sur internet, il y en a à tous les prix …

©Lunesoleil

– tous droits réservés, pour le texte   –

Claire Santagostini (wikipédia)

Claire_Santagostini (carte du ciel)

Publicités

Mise au point en #astrologie …

astrooo

Le meilleur moyen pour ne pas se faire influencer dans l’art de la pratique astrologique par les critiques les plus diverses, c’est de suivre votre propre chemin d’évolution qui vous appartient et qui ne ressemble à aucun autre modèle. Chaque astrologue avec le temps va développer une méthode en accord avec sa personnalité et le pourquoi, il existe autant de méthode qu’il existe d’astrologue. Vous êtes ce que vous êtes et c’est votre travail personnel qui fera toute la différence dans le résultat à accomplir. L’astrologie est un vaste champ d’investigation de théorie et de pratique, qu’il est impossible de tout apprendre. Certain vont vous dire qu’il y a une technique à adopter en oubliant de vous dire qu’elle sera limité à une minorité d’individus ayant le profil de l’emploi et les autres ???

L’astrologie est avant tout « un outil de connaissance de soi », et ne devrait en aucun cas être réservé à une élite, vous imposant un parcours, qui ne sera peut-être pas le votre si votre schéma psychologique n’est pas en accord avec celui qui vous proposera sa méthode. Es-ce que c’est une raison pour vous dire que vous n’êtes pas doué ?, que vous manquez de compétence en astrologie ? Dans la réalité vous aurez à faire face à ce genre de remarques suivant votre niveau d’apprentissage et votre niveau de lecture d’une carte du ciel qui ne sera que la représentation de votre composante astrologique et psychologique.

Mais pour dépasser les barrières d’inaptitudes à la pratique astrologique, il vous faudra pratiquer cet art au quotidien, même si vous ne pouvez pas tout analyser dans une carte du ciel, du fait de visualiser une carte du ciel chaque jour et que cela devienne une habitude, une alchimie intérieure va se mettre en place progressivement. Vous devez vous faire confiance et éviter d’être influencer ce qui aurait l’avantage de vous mettre dans une position de faiblesse et de sous-estimation de vos capacités en astrologie.

Autant il y a des personnes qui apprécient mon travail, autant je suis confrontée à des réflexions désobligeantes et ma sensibilité en prend un coup à chaque fois. Que peut-on attendre de ces astrologues prétentieux, croyant tout connaître et qu’il serait seul à pratiquer la meilleure des astrologies ??? Quel genre d’astrologie peut-on en attendre ?, dépourvu peut-être d’humanité et trop absorbé par une technique délirante qu’il en oubli l’essentiel, d’un manque de tolérance de ceux qui ne leur ressemble pas.

Écouter son intuition est le meilleur moyen de reconnaitre ces potentialités et de développer la confiance nécessaire pour pratiquer une astrologie qui vous correspond. Au début il est bien de suivre des maitres à penser, mais si vous voulez vraiment progresser dans l’art de l’interprétation, il vous faudra voler de vos propres ailes et ne faire confiance à vos ressentis et non les interprétations que vous retrouverez dans les livres.

Le langage astrologique se transforme en suivant des étapes successives, dans la pratique et demande ensuite de décrocher son étoile. Ne recherchez pas systématiquement le négatif dans une carte du ciel, c’est le lot de nombreux étudiants en astrologie pour mettre en lumière les dysfonctionnements psychologiques. Nous sommes tous constitués de névroses plus ou moins prononcés, pourquoi les mettre a chaque fois en évidence ? Pourquoi ne pas rechercher en priorité les points forts dans chaque être humain, ces qualités pour en prendre conscience et travailler à les améliorer. Voilà ce que devrait être le leitmotiv de chaque astrologue en devenir…

©Lunesoleil

– tous droits réservés, pour le texte et la photo   –

🌚🌛🌝🌜 🌚🌛🌝🌜🌚🌛🌝🌜🌚🌛🌝🌜🌚🌛🌝🌜

L’astrologie en mutation sur le chemin de l’éveil des consciences

L’astrologie quantique sur le chemin alchimique de l’apprenti astrologue

Débutant en astrologie

Ce que les astrologues ne vous disent pas…

Les croyances limitantes en astrologie

 

L’#astrologie #bleu, #blanc et #rouge

3

Voilà un sujet qui me tiens à cœur, sur un sujet récurent en astrologie et pour rebondir sur un article inspirant l’idée de cet article. Ma réflexion se porte sur les réactions de nombreux étudiants en astrologie des « aspects : « bleu » et des aspects « rouge » en astrologie. Lorsque qu’une carte est bombardée de rouge, l’interprétation serait plutôt à tendance négative contrairement à une majorité de bleu que l’on aborde de façon positive et pourtant. Un astrologue averti sait que trop de bleu ce n’est pas forcément une référence pour que cette dominante bleu permet de réaliser le potentiel énergétique. A voir trop la vie en bleu, quand survient une zone de turbulence en rouge on panique sans savoir comment aborder ce cas de figure.

Alors on commence à trouver un coupable, ah ce carré et cette opposition, Waouh ! Si ce n’est pas dans la carte de naissance, c’est un mauvais transit qui va prolonger encore la fatalité de ce maudit carré ou opposition de malheur. Il arrive que l’on focalise trop sur les aspects en « rouge » et que l’on néglige les aspects en bleu, les portes de sorties, l’axe des nœuds lunaire, les dessins planétaires et surtout les encadrements. Il y a toujours quelques choses qui clochez dans le mauvais sens du poil de la bête (la carte) L’apprenti astrologue, tout comme le boucher il a besoin de disséquer et pratiquer la séparation en deux groupes : de ceux qui sont trop dans le rouge et ceux qui sont trop dans le bleu.

Une caricature qui a bon dos car l’étude de l’astrologie demande beaucoup de flexibilité au risque de créer des symptômes pathologiques à vouloir trop voir la vie en rouge au détriment des qualités à rechercher. En parallèle à l’axe Vierge (les détails) et les Poissons (l’humain), l’astrologue à trop tendance à se perdre dans le sens du détail pour négliger l’essentiel que peut lui révéler son intuition. Pour cela il faut s’armer de patience et beaucoup d’exercice pratique, pour dépasser la notion de rouge et bleu dans une carte du ciel et l’étudier dans sa globalité sur le plan de l’énergie que véhicule une carte du ciel.

Pour les conjonctions que l’on peut classer soit dans la catégorie bleu ou rouge, va dépendre si l’astre est de nature positive (Soleil, Vénus, Jupiter), de nature négative (Mars, Saturne, Pluton), de nature neutre (Mercure, Uranus, Neptune) le joker : Chiron, le hors classement la Lune noire … la nature des aspects … faut-il user d’une bonne dose de psychologie et d’humanité pour comprendre le sens profond et non se fier à des apparences étriquées trompeuses.

Ce fameux « blanc » est très souvent ce que l’on ne voit pas d’emblé dans une carte du ciel, car nous sommes tellement focalisés sur ce que l’on ne devrait pas condamner, qu’on ne laisse pas de place pour l’inconnu, ce vide qui devrait remplir notre esprit. C’est la méthode du yin et yang : si vous portez votre intention sur uniquement le rouge, il vous faudra rechercher le bleu intérieur et le visualiser pour transformer votre regard. Par contre si c’est le bleu qui captive votre intention, dépisté le rouge pour le canaliser vers une expression positive de l’être. Ensuite on peut aller plus loin pour dépister les aspects vert dit quinconce dont le rôle c’est d’être au service et de se rendre utile.

Pour les autres aspects bleu ou rouge suivre la même procédure dans l’interprétation et qui aura l’avantage de devenir un apprenti astrologue responsable et non manipulateur en usant d’un pouvoir qui fera certainement plus de mal que de bien …

©Lunesoleil

– tous droits réservés, pour le texte  –

Rouge ou Bleu ?

Les croyances limitantes en astrologie

Débutant en astrologie

L’Astrologie c’est quoi

L’astrologie solaire ou « Horoscope gratuit »

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :