L'art de l'astrologie intuitive

Articles tagués ‘Les 27 Nakshatras’

La #Lune et la belle #Rohini

Je vous partage un conte du livre «  Légendes du Soleil, de la Lune et des étoiles » , c’est le premier livre que j’ai trouvé lorsque je suis allée à Emaus, pour dénicher mon petit coup de cœur du jour.

Une très belle histoire qui nous vient de l’inde, du périple de la lune dans les 28 demeures lunaire. Dans sa course la Lune est tombée amoureuse de la belle « Rohini » , l’une des 28 Naksatra constellations, ce qui n’était pas pour plaire à Dakshas dieu créateur et père des 28 filles. Une façon poétique de découvrir autrement le symbole lunaire.

J’ai beaucoup hésité de prendre ce livre avant la décision finale, le fait que c’est un livre destiné aux enfants et que j’avais repéré un autre livre astrologique, autre version de ce qui constitue ma bibliothèque. Et j’ai laissé parlé mon cœur et mon esprit pour la poésie lunaire.

Sans plus attendre voici le conte … 

Un jour, le grand Daksha, maître de tous les êtres, fit venir la Lune.

  • Ma tâche est devenue au-dessus de mes forces, lui dit-il. Aussi, je te désigne comme seigneur de la nuit. Tu auras comme emblème un lièvre, auquel tout le monde te reconnaîtra.

 La Lune entra dans son immense royaume. Comme tout y était plongé dans la plus profonde obscurité, chacun, fût-il aveugle, put y remarquer la présence du nouveau maître. Celui-ci tirait beaucoup de vanité de son blason avec le lièvre aux longues oreilles, cadeau de Dasksha, aussi l’appelle-t-on depuis ce temps-là « Porteur du lièvre »

Il était bien immense, ce royaume de la Lune, mais il n’y avait âme qui vive. Pas la moindre lumière ne clignotait dans les ténèbres, pas la moindre voix ne s’y faisait entendre. Toujours seule, la Lune se tenait au milieu de la vaste et sombre voûte céleste et bientôt, elle en eut assez de régner de la sorte. Elle retourna près du créateur Dakdha, afin de se démettre de ses fonctions.

  • Grand Dakshas, dit l’astre de la nuit, il est vrai que les gens sur la terre ont déjà remarqué mon blason ! Il est aussi peut-être vrai qu’ils me tiennent en plus grande estime que le Soleil. Celui-ci les fait souffrir de soif, les brûle trop de sa chaleur écrasante, tandis que ma pâle lueur les invite à ma danse et à l’amour. Mais à quoi bon tout cela ? Je m’ennuie, ô puissant créateur
  • Jamais je ne reviens sur mes décisions, lui répondit Daksha d’un ton péremptoire. Tu resteras maître de la nuit. Mais pour dissiper ton ennui, je vais te donner quelques-unes de mes filles qui égayeront ta solitude.

Et Daksha fut généreux. Vingt-huit jeunes filles, plus belles les unes que les autres vinrent rejoindre l’Astre dans sa nuit noire. Toutes s’appelaient Naksatra –Constellations.!

Vite, elles s’égaillèrent sur toute la coupole céleste et se mirent à danser. L’Astre de la nuit passait de l’une à l’autre en les examinant avec un grand plaisir. Mais celle d’entre elles qui portaient sur l’épaule une grande étoile brillant d’une lueur rougeâtre, lui semblait être la plus belle de toutes. On appelle cette étoile Aldébaran chez nous, mais l’astre de la nuit ne savait pas quel nom lui donner.

Par contre, il s’était aperçu que la belle jouvencelle à l’étoile surpassait toutes ses sœurs à la danse. Lorsqu’elle dansait, ses bras graciles s’élevaient tout doucement comme de frêles tiges de bambou, rafraîchies par la pluie. Et de ses mains, les doigts s’épanouissaient comme les fins pétales de la fleur de lotus.

  • Comment t’appelle le grand Daksha, ton père ? souffla amoureusement l’Astre de nuit.
  • Je suis Rohini, fut la réponse, résonnant dans le ciel
  • Tu es belle, Rohini, tu es la plus belle de tes sœurs. Tu es aussi souple et élancée qu’une liane, et aussi parfumée que le bois de santal. Je t’aime.

Depuis cette nuit-là, il est vrai, l’Astre continua à sa promener par tout le ciel, en observant la danse des jeunes filles Naksatra, mais le plus clair de son temps, il le passait auprès de la belle Rohini et il finit par la prendre pour épouse. Les sœurs s’aperçurent bientôt que l’Astre de la nuit avait une préférence pour l’une d’elles, ce qui les offensa beaucoup. Est-ce que nous n’avons pas les jambes et les bras aussi sveltes ? Et nos yeux ? N’ont-ils pas le même éclat que les siens ? se disaient-elles les unes aux autres. « N’avons-nous pas sur nos corps autant de bracelets et de colliers qu’elle ? »

Mais l’amour aveugla l’Astre de la nuit. Il s’attardait auprès de Rohini de plus en plus longtemps ; à peine s’arrêtait-il encore auprès des autres. Une nuit, les belles Naksatra en eurent assez et retournèrent auprès de Daksha.

  • Père, nous en avons assez de l’Astre de la nuit ! s’exclamèrent les vingt-sept filles courroucées. Garde-nous chez toi ! Plutôt jeûner et passer tout notre temps en prières ici, que de regarder l’Astre de la nuit embrasser Rohini et le voir passer comme un éclair devant nous.

Dans tout ce vacarme Daksha ne savait pas à laquelle prêter l’oreille et ce fut à grand-peine qu’il comprit ce qui leur était arrivé. Immédiatement, il fit mandater l’Astre de la nuit et lui dit :

  • Ce n’était pas pour que tu courtises une seule de mes filles, en tournant le dos aux autres, que je te les ai envoyées. Partage équitablement tes sourires entre toutes mes filles !

Puis il ordonna à ses filles, froissées, de retourner d’où elles venaient et il pensa que tout reviendrait en ordre. Mais d’ordre point ! L’amour et la prudence ne sont pas faits pour aller  ensemble. Et l’Astre de la nuit était éperdument amoureux. Il continua à s’éterniser auprès de Rohini et les autres en faillirent suffoquer d’envie. Une nuit, incapable de résister plus longtemps, elles s’en retournèrent pour la seconde fois chez leur père.

  • Je t’ai pourtant déjà dit comment te conduire, dit Daksha à l’Astre de la nuit, après l’avoir convoqué à nouveau. Prends garde ! Si cette fois-ci encore tu ne m’obéis pas, malheur à toi

La nuit suivante, l’Astre se garda bien de négliger l’avertissement de Daksha :il s’arrêta longuement auprès de chacune des sœurs, se divertissant à leur danse. Mais bientôt, il oublia la menace et il porta à sa belle Rohini un amour encore plus grand. Pour la troisième fois les Naksatra s’en allèrent dans la demeure paternelle, mais décidées cette fois, à ne plus retourner auprès de l’astre de nuit..

« Ne m’offense-t-il pas moi-même, l’Astre de nuit, en favorisant une seule de mes filles et en se comportant avec les autres comme si elles n’étaient pas filles d’un dieu ? » se dit à part soi Daksha. Et sans plus échanger un seul mot avec la Lune, il envoya sur sa tête le châtiment promis. La Lune se mit à dépérir, en proie à une brusque langueur. Elle se consumait à vue d’œil et personne ne parvenait à la guérir.

 C’était en vain qu’elle offrait à Daksha des sacrifices et faisait de grandes promesses. La terrible maladie continua à la ravager et à la diminuer d’un jour à l’autre.

Seulement, avec l’Astre de la nuit tombèrent malades sur terre toutes les herbes médicinales qui tiraient leur force des rayons lunaires. Même les autres plantes perdirent leur parfums, les fleurs ne s’ouvraient plus, l’herbe se desséchait, la sève se perdait dans les arbres. Dès que ce premier désastre se fut produit, les animaux, qui se nourrissaient des plantes se mirent à dépérir, à leur tour. Et comme la viande des animaux est la nourriture des hommes, ceux-ci succombèrent à la même maladie que la Lune.

Effrayés les dieux observaient la cruelle métamorphose de la terre et de tous ses habitants. Ils se rendirent alors chez l’Astre de la nuit pour s’enquérir de ce qui lui était arrivé et chercher comment le sauver.

  • Ah, plus rien au monde ne pourra me guérir, gémit le Maître de la nuit. Daksha m’a puni d’avoir aimé la belle Rohini et d’ici quelques jours, je vais mourir de phtisie.

Les dieux se rendirent aussitôt chez Daksha pour l’avertir.

  • Il n’y a pas que la lune qui est en train de dépérir, ô grand créateur ; les plantes et avec elles les animaux et enfin les hommes même s’éteignent à leur tour. Dis-nous, Daksha, sur quoi allons-nous régner quand le monde entier aura péri ?

Et, à la fin, sera-ce notre tour de mourir ? Nous te supplions de lever ta malédiction et de rendre la santé au Maître de la nuit !

  • Il a outragé mes filles et par là, moi-même, rétorqua Daksha avec indignation.

 Et comme vous ne l’ignorez sans doute pas, je ne reviens jamais sur ma décision. Mais pour cous être agréable, en vous voyant ainsi intercéder en sa faveur, je suis tout de même disposé à restreindre le pouvoir de ma malédiction, si l’Astre de la nuit consent à obéir et comble des mêmes faveurs toutes les filles. Et quand j’aurai la certitude qu’il se divertir à la danse de toutes les Naksatra sans préférence pour aucune d’elles, il ce souffrira de sa maladie que quinze jours durant et il se rétablira dans sa quinzaine suivante. A chaque fois qu’il s’approchera de sa fin, il descendra fans le fleuve sacré Sarasvati et ses flots lui rendront la force.

Ainsi parla Daksha, le grand créateur et Maître du monde. Et il était grand temps, car la Lune était déjà aussi mince qu’un fil de soie. Personne ne l’aperçut la nuit suivante sur la sombre voûte des cieux ; elle était en train de prendre un bain dans le fleuve Sarasvati, qui prend sa source dans les montagnes sacrées et se perd au loin dans un désert aride. Mais dès le lendemain, elle réapparut dans le ciel, devenant d’une nuit à l’autre de plus en plus vigoureuse ; au bour de quinze jours, elle était aussi fraîche et bien portante qu’auparavant.

Oh, si seulement l’Astre n’avait plus à souffrir pendant la quinzaine suivante de phtisie, dont la terrible malédiction l’accablait toujours ! Une fois de plus, Daksha fit preuve de sa grande sagesse divine : la réapparition périodique de la maladie continua de lui rappeler comment se conduire avec les danseuses célestes. Dorénavant, l’Astre passait une nuit entière auprès de chacune et comme il y en avait vingt-huit, il lui fallait juste un mois pour faire le tour de toutes… Oh, maudit astre infidèle ! Ne vois-tu pas le chagrin de ta belle Rohini ? Ignores-tu à quel point elle jalouse ses sœurs, quand tu te réjouis de leur danse, tandis qu’elle doit attendre si longtemps son tour ? Il ne lui reste qu’une consolation à la pauvre : sur terre, elle est devenue la patronne de tous les amoureux. Le soir, quand ils se serrent les mains dans l’obscurité, ils lèvent les yeux vers elle et, à travers les feuilles des palmiers, ils regardent la claire étoile luisant sur son épaule

Pour le plaisir des petits et des grands …

Pour aller plus loin avec les 27/28 Nakshatras 

Zodiaque Lunaire et les 27 Nakshatras sur les pas de Jupiter et Kétu

Il y aurait en réalité 28 demeures lunaires et 27 Nakshatras !

Les 28 demeures de la Lune

 

Asia l’astéroïde code 67 pour un #voyage au bout du monde

Voilà un astéroïde  voyageur accompagné par l’astéroïde Photographica code 443 pour prendre des photos inoubliables et se trouvant dans le signe du Capricorne. Ça peut paraître invraisemblable qu’un astéroïde rattaché à un continent puisse créer un attachement pour un pays. On peut aussi trouver l’astéroïde « China » pour la Chine 1125 , « América » pour l’Amérique  code 916, « Europa » pour l’Europe code 52 , « Africa » pour l’Afrique code 1193 et « Australia » pour l’Australie code 8088. Et nous avons les cinq continents réunis , vous pouvez aller plus loin en recherchant des villes comme « Paris » code 3317, « Madrid » code 14967, « Tokio »  code 498 …

Pour revenir à l’astéroïde « Asia »  j’ai remarqué que l’inde était très rattaché à cet astéroide. Le jour de sa découverte le 17 Avril 1861 il y avait une conjonction Mercure/Neptune qui évoque le déplacement pour un pèlerinage initiatique et l’astéroïde « Asia » commençait une phase rétro  dans le signe du Scorpion dont il resta durant 8 mois de l’année.  Le Scorpion symbolisant les transformations intérieures, la quête du Graal , de la vérité primordial obligeant le pèlerin à ce dépouiller de ce qui encombre sa conscience …

Nombreux sont les individus attirés par l’inde pour ce dépouillement intérieur, cette quête du « soi », cette reconnaissance du cœur et encore cette purification du mental en y puisant un profond ravissement intérieur. Le jour de la découverte de l’astéroïde « Asia » la Lune se trouvant en conjonction au Nœud sud dans le signe du Cancer donne l’impression de familiarité sur le plan de l’âme. La conjonction Soleil et Vénus en Bélier, c’est le coup de foudre instantané au trigone de Jupiter aidant à une amélioration sur le plan psychologique. L’axe des Nœuds lunaire dans l’axe Cancer/Capricorne demande d’abandonner un certain confort émotionnel au profil de quelque chose de plus authentique….

L’inde  attire un nombre croissant d’hommes et de femmes en quête d’une autre réalité moins stressante, dépouillé de tout matérialiste encombrant notre vie ordinaire mais aussi notre mental. Vous pouvez vous surprendre de découvrir l’astéroïde « Asia » dans un coin de votre carte du ciel et répondant à quelque chose de profond en vous-même. J’ai surpris cet astéroïde « Asia » se trouvant en conjonction à mon Soleil dans ma révolution solaire en cours. Je me suis surprise à échanger sur internet avec des indous , l’astéroïde « Asia » se trouvant dans ma maison 9 relié a ce qui est au loin , l’étranger …

L’astéroïde « Asia » est entré dans le signe du Capricorne le 24 Février 2012 et en ressortira après sa phase rétro du 14 Juin au 28 Aout, le 7 Octobre 2012 . Le Nœud nord qui est le point d’évolution se trouve en Capricorne le jour de la découverte d’Asia , son maitre Saturne se trouvant bien relié à Neptune en mondial aura subsisté un intérêt pour le continent de l’Asie et pas uniquement pour l’inde  qui est le pays le plus plébiscité chez ceux ayant développé un intérêt spirituel.  Et peut dépendre du signe et des aspects qu’occupe « Asia » dans votre carte du ciel.

Vous pouvez faire aussi la recherche pour un autre continent dont vous avez développés des affinités…

Vous souhaitant de belles recherches et de fructueuses découvertes …

©Lunesoleil

Zodiaque Lunaire et les 27 Nakshatras

Ganesh

Ganesh

L’astrologie Védique [Jyotish] la science de la Lumière ou encore Hora Sastra la science du temps ,  c’est  aussi l’œil des Védas . En Occident  l’astrologie surtout celle des Horoscopes est représenté par le Soleil contrairement en Inde c’est la Lune qui devient le centre de la pratique astrologique par les 27 Nakshatras ou Demeures Lunaires que l’on découpe par des sous divisions les Padas qui divise un Nakshatra en quatre pour totaliser 108 Padas  sur 12 signes du zodiaque ont  un lien avec les 108 Upanishads 

Un Nakshatra fait 13°20 , un Padas fera 3°20 et il y a 9 Padas dans chaque signe. Chacun des 108 Padas est représenté par un son  unique qui sera utilisé comme référence pour choisir le prénom d’un enfant à sa naissance. Dans la tradition Védique , il était possible de reconnaitre par le prénom d’un individu la position de la Lune dans sa carte du ciel ce qui n’est peut-être plus usité aujourd’hui.

Voilà le tableau des 27 Nakshatras avec le maitre du décan correspondant à 13°20 et sa position dans le Zodiaque Tropical et qui vous permettra de repérer d’un premier coup d’œil le Nakshatra de la position de la Lune dans votre thème de naissance ou carte du ciel.

1) Nakshatras  –   Maitres planétaires –   Positions  en  Zodiaque  Tropical

 

(1) Ashwini – [Nœud sud /Kétu ] : 26 Bélier / 9°20’ Taureau  

(2)  Bharani – [Vénus /Shukra] :  9°20’ / 22°40′ Taureau
 (3) Krittika – [Soleil / Surya] : 22°40’ Taureau / 6° Gémeaux
(4) Rohini – [Lune/Chandra] : 6° / 19°20′ Gémeaux :
(5) Mrigashira – [Mars/Mangala] : 19°20′ Gémeaux / 2°40′ Cancer
(6) Ardra – [Nœud nord/Rahu] :  2°40′ / 16° Cancer
(7) Punarvasu – [Jupiter/Guru] : 16° / 29°20′ Cancer
(8) Pushya – [Saturne/Shani] : 29°20′ Cancer / 12°40′ Lion
(9) Aslesha – [ Mercure/Budh] : 12°40’/ 26° Lion
(10) Magha – [ Nœud sud/ Kétu] : 26° Lion / 9°20′ Vierge
(11) Purva-Phalguni – [Vénus/Shukra] : 9°20′ / 22°40′ Vierge
(12) Uttara-Phalguni  – [Soleil/Surya] : 22°40′ Vierge – 6° Balance

(13) Hasta – [Lune/Chandra] : 6° / 19°20′ Balance

(14) Chitra – [Mars/Mangala] : 19°20′ Balance / 2°40′ Scorpion
(15) Swati – [Nœud nord/Rahu] : 2°40′ / 16° Scorpion
(16) Vishakha – [Jupiter/Guru] : 16° / 29°20′ Scorpion
(16) Anuradha – [Saturne/Shani] : 29°20′ Scorpion / 12°40′ Sagittaire
(17) Jyestha – [ Mercure/Budh] : 12°40′ / 26° Sagittaire
(18) Moola  – [Nœud sud/Kétu] : 26° Sagittaire / 9°20′ Capricorne

(19)  Purva-Ashadha  – [Vénus/Shudra] : 9°20’/ 22°40′ Capricorne
(20) Uttara-Ashadha –  [Soleil/Surya] : 22°40′ Capricorne / 6° Verseau
(22) Shravana – [Lune/Chandra] :  6° / 19°20′ Verseau
(23) Dhanishtha – [Mars/Mangala] : 19°20′ Verseau / 2°40′ Poissons

(24) Shatabishak – [Nœud nord/Rahu] :  2°40′ / 16° Poissons
(25) Purva-Bhadra pada – [Jupiter/Guru] : 16° / 29°20′ Poissons
(26) Uttara-Bhadra pada – [Saturne/Shani] :  29°20′ Poissons / 12°40′ Bélier
(27) Revati – [Mercure/Budh] : 12°40′ / 26° Bélier

Ensuite lorsque vous aurez repéré le maitre planétaire faisant référence a la position de la Lune , vous allez le prendre comme premier point de repère pour trouver le maitre planétaire auquel vous appartenez aujourd’hui et non celui de votre naissance . Ce qui va déterminer dans un second temps la période planétaire que vous vivez dans le moment présent .

Voilà le tableau des 9 maitres planétaire utilisez en astrologie Védique . chaque maitre planétaire a été évalué par une période d’influence et dénotera des potentialités lorsque la période que vous traversez sera de nature d’un maitre particulier

 2) Périodes Planétaires de 120ans

 Dasha  Soleil  =  6 ans
Dasha Lune = 10 ans
Dasha Mars =  7 ans
Dasha Rahu =  18 ans
Dasha  Jupiter =  16 ans
Dasha  Saturne =  19 ans
Dasha  Mercure  = 17 ans
Dasha  Kétu  =  7  ans                                                                                                                                                                                              Dasha Vénus =  20 ans

 

Prenons un exemple :  vous avez remarquez que la position de la Lune était entre 22°40’ Taureau / 6° Gémeaux et que le maitre est le Soleil et une durée de 6ans. Admettons que vous avez 30 ans . Regardez ensuite dans le tableau : point de départ le Soleil 6 ans ensuite  la Lune  10 ans , puis Mars 7 ans et l’on rajoutera Rahu 18 ans , ce qui fait un total de 6 + 10 + 7 + 18 = 41 ans.Ce qui veut dire que dans l’exemple vous serez dans la période de Rahu jusqu’à 41 ans pour passer ensuite durant 16 ans dans la période de Jupiter….

C’est la base classique pour calculer de façon rapide le Nakshatra de naissance et celui qui appartient à l’instant présent.

Avant de rédiger cet article , j’ai effectué quelques petites recherches sur la position du Nakshatra à la naissance qui permet ensuite de repérer le Nakshatra à un moment précis. J’ai été assez surprise plusieurs fois du résultat et de la correspondance avec des faits réels . Pour aller un peu plus profondément dans la compréhension de la période relative au maitre planétaire qui va influencer la période sélectionné. Il faut ensuite la rechercher dans la carte du ciel que vous étudiez pour en évaluer les aspects avec les autres planètes qui vont témoigner d’une ambiance . Ce qui peut permettre ensuite de mieux  en saisir le sens de l’événement

En connaissant le symbolisme des 9 planètes utilisés en astrologie védique , et avec un peu d’entrainement on peut sans avoir une maitrise complète de l’astrologie , identifier les périodes planétaire que nous traversons à une période dans un temps déterminé. En astrologie védique il n’y a pas de bon ou de mauvais thèmes et l’on peut en faisant certaines actions suivant la position de la Lune atténuer le risque d’une épreuve karmique.

Prochainement Jupiter sera en conjonction Kétu le Noeud sud qui est encadré par les deux bénéfiques Vénus et Jupiter donnant une opportunité à l’astrologie Védique de diffuser davantage de ces lumières , nous éclairant de l’intérieur de ces richesses de plus de 5000 ans d’existence …

©Lunesoleil

 Cet article fait suite : L’astéroïde Hékate sur les pas 27 Nakshatras

Les grandes destinées d’après l’astrologie hindoue

Calculette pour identifier le Nakshatra ou se trouve votre Lune a la naissance

L’astéroïde HéKate sur les pas des 27 Nakshatras de l’astrologie Védique

Une autre forme de prédiction les lectures du Nadi

Thème védique indien : Zodiaque Sidéral

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :